Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 novembre 2009

C 2 l'art ?

banniere_petite détectives.jpgL’œuvre achevée constitue l’artiste ; et non la posture.

Aucun créateur d’œuvres d’art – et notamment littéraires – ne peut faire l’économie d’une réflexion sur l’acte de création.

L’art ne peut pas être d’impulsion.

La réflexion sur la nécessité de l’art (ses objectifs et ses sources d’inspiration) nourrit l’œuvre, la cadre, la justifie.

Il n’y aurait pas d’art dans un monde de robots, où chacun n’est que l’avatar de l’autre, non pas parce que les robots sont des machines mais parce qu’ils n’ont pas de faille existentielle.

 L’art puise son inspiration dans les failles, les fissures, les fêlures des êtres humains, ainsi que dans les infinies différences et les infinies ressemblances entre eux.

La combinaison des composants ADN ainsi que les aléas émotionnels et affectifs produisent une telle incommensurable diversité de personnes qu’il devient possible aux personnages de fiction de devenir aussi vrais que des êtres réels.

Quand leurs « inventeurs » ou leurs auteurs disparaissent, les personnages subsistent dans la mémoire collective comme des ancêtres communs.

Et quand les années passent, voire les décennies ou même les siècles, les personnages de fiction se fondent dans la foule des personnes ayant vraiment existé, ce que confirment quelque fois des adaptations vidéo.

Les personnages que l’artiste a fabriqué avec de la matière humaine ont pris chair et, s’incrustant dans notre mémoire collective, notre généalogie, notre culture, ils deviennent notre propre métaphore.

Nous gagnons tous un peu de leur immortalité.

C’est la revanche de la fragilité humaine sur l’implacable horloge du temps.

 

 Allez faire un tour ici : fan2romanspoliciers.centerblog.net/1-Sherlock... 

15:49 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : livres, romans, littérature, les gens |  Facebook | |  Imprimer | |

02 octobre 2009

Prochaines rencontres Auteur/Lecteurs

à noter : le lien vers mon site est devenu (malgré moi) : www.editionstuttiquanti.com/index.htlm.htm

***

Je présente et dédicace mon dernier roman "Criminelles" et ma série policière des "Polycarpe" dans les lieux suivants :

- Bibliothèque de Saint-Avertin, sous l'Atrium :
jeudi 8 octobre à 20h30
renseignements : Mme Griguer
tél : 02.47.27.81.50
- Bibliothèque pour Tous, rue george Sand à Tours : 
formule "café littéraire" : jeudi 22 octobre à 15h 
renseignements : Mme Blondiaux
tél : 02.47.20.21.90
- Bibliothèque de Bléré, MJC :
vendredi 23 octobre à 20h3O
renseignements : Mme Bobinet
tél : 02.47.30.39.10
- Saint-Cyr Accueil loisirs, manoir de la Tour:
dimanche 15 novembre, de 10h à 18h
renseignements : 02.47.41.13.55

Interviews :
- en direct :
Sur France Bleu Touraine, chez Adrien Lacasseigne :
lundi 12 octobre entre 11h et 11h30
- en différé :
Sur Radio St-Martin :
mardi 27 octobre à 17h

Atelier d'écriture :
-
à la MJC de Ballan-Miré, tous les mois
Première séance le samedi 10 octobre à 14h30
renseignements : Mme Labal
tél : 09.75.97.47.71

Insolite :
dédicace à La Boulangerie Pitault
à
Savonnières, samedi 21 novembre de 10h à 13h
renseignements : Roselyne Pitault
tel : 02.47.50.00.34

Prochain Salon du livre :
à Châteauroux, dimanche 29 novembre
sur le stand de la librairie itinérante  "Les Chemins du livre"

à suivre...

10:21 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livres, littérauture, romans, polars, dédicaces |  Facebook | |  Imprimer | |

31 août 2009

Forêt des livres 2009

Gonzague et les manants de Chanceaux
Forêt des livres 2009 001.jpg

17:56 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, salons et dédicaces |  Facebook | |  Imprimer | |

25 août 2009

Ma rentrée littéraire...

J'ai fait une toute petite infidélité à Polycarpe Houle en interrompant l'écriture du 5ème volume  : ("POLYCARPE, LE CRIME DE RIVER HOUSE") pour remettre en forme un roman policier psy intitulé : CRIMINELLES dont je repoussais toujours l'épreuve ingrate de la correction, mais j'ai relevé les manches et le voici  :

couverture recto Criminelles 20,4 x 13,2.jpg
4ème couv. Criminelles.jpg
A peine sorti des presses, il fait un tabac dans les points de vente où il se trouve en dépôt... Si vous désirez l'acquérir, commandez-le directement ici, via les commentaires du blog ou par mail [tuttiquanti@orange.fr], ça ira plus vite.
Autres actualités :
- Atelier d'écriture à la MJC de Ballan, un samedi après-midi par mois à partir d'Octobre.
- Salon "La forêt des livres" de Gonzague Saint Bris Dimanche prochain 30 août
- rencontres dans les bibliothèques ou médiathèques de Saint-Avertin (8/10) de Bibliothèque pour tous (22/10) de Bléré (23/10) club des lecteurs de Saint-Cyr (15/11)...
- salons du Mans, Brive, Châteauroux...
- interviews sur France bleu et TV Tours en septembre 09 (les dates seront précisées ici)
  A part ça, je fais des conserves de tomates et je range mon bureau.

16:06 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livres, salon, presse, éciture, lecture, loisirs |  Facebook | |  Imprimer | |

14 mai 2009

1er Salon du livre de Saint-Cyr-Sur-Loire

(Cliquez pour agrandir) 

affiche Salon St-Cyr.jpgNR du 09.05.09.jpg

Je vous y attends...
Je serai en belle compagnie, non ?

14:40 Écrit par Claudine dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

07 avril 2009

« écriteur » et « autoriste » : nouveaux mots-valises.

2 nouveaux mots-valises : portrait_hubert.jpg« écriteur » pour « écrivain » + « créateur » et « autoriste » « auteur + scénariste »

Je suis toujours frappée par la naïveté de certains de mes interlocuteurs qui croient dur comme fer qu’un écrivain peut écrire plusieurs romans dans une année, autrement dit en temps réel de frappe à la machine, sans prendre en compte l’approche thématique, la technique d’écriture, etc. Je dis bien « écrire », et non pas enregistrer sur dictaphone ou jeter des phrases sur un papier rewritées ensuite par des rédacteurs... Cette croyance est déjà humiliante pour les "écrivains-créateurs" (écriteurs) qui passent pour laborieux ou fainéants. Ce qui est plus grave, c’est que ce mythe du génie prolixe est entretenu par les éditeurs, les critiques, les médias, les libraires et les lecteurs eux-mêmes. Rumeur qui éclot sur le terreau de la rentabilité et du snobisme, bien entendu, et qui se nourrit de l’ignorance du métier d'écrire. Alors qu’on s’offusque, qu’on s’indigne de faux en peinture, je n’entends nulle voix s’étonner de ce type de mystification en matière de littérature... Alors qu'on est extrêmement pointilleux sur le "droit à l'image", on dirait que c'est "normal" d'utiliser frauduleusement un nom d'auteur, un personnage, la "bible" d'une série...

Un exemple nous est fourni par l’actualité au moment où sort en salles une adaptation de OSS 117.  Si les 3 premiers  OSS 117 ont été écrits par Jean Bruce, tous les autres ont été écrits par sa femme, Lucette, sur la demande de l’éditeur.  Voir le site : http://www.oss117.org/portrait_josette.html Et madame Bruce qui n’avait donc pas la vocation d’auteur au départ s'avère capable de « pondre » jusqu’à  10 bouquins dans l’année 76 ! Fichtre.

Je crois vraiment qu’on devrait faire un distinguo  entre « écriteur » et « autoriste ».

 

14:31 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : écriture, littérature, société, divers |  Facebook | |  Imprimer | |

27 novembre 2008

Polycarpe, le nombre d'or

Le Nombre d'or.jpg

Depuis Juin dernier, je n'ai pas écrit la moindre note et pourtant vous êtes plus de 1000 à avoir visité ce blog ce mois-ci. Je vous remercie beaucoup de votre passage.

J'attends quelques visiteurs supplémentaires, ayant donné l'adresse dans des écoles où je rencontre les élèves, ainsi qu'aux adhérents des bibliothèques où je suis invitée. A l'intention de ces lecteurs et de ce public, mais aussi pour tout ceux qui suivent les "Aventures de Polycarpe", je propose ci-dessous quelques réflexions sur mon métier d'écrivain, en réponse aux questions qu'on me pose le plus souvent.

 


 

·        Les personnages dans les  « Polycarpe »

Ils sont totalement inventés même s’ils possèdent certaines caractéristiques physiques ou morales des personnes que je rencontre ou que je croise parfois juste quelques minutes. J’ai une nature empathique qui me permet de comprendre ce que les gens pensent ou ce qu’ils éprouvent. Un écrivain est toujours un peu médium. Et quand je suis frappé par un trait de caractère, une attitude particulière, sans même le vouloir, il se grave dans ma conscience et un jour ça ressort dans un livre.

Pour plagier la célèbre phrase de Flaubert : « Madame Bovary, c’est moi », je crois que Polycarpe Houle, c’est en effet mon alter ego. Il représente certaines valeurs auxquelles je tiens : une sorte de nonchalance caustique, le goût de son prochain, l’idée que le bonheur avec un grand B n’existe pas, qu’il faut savoir apprécier les petits bonheurs simples au quotidien.

[Quand j’ai écrit le Poulpe, j’ai caricaturé les personnages pour les besoins du genre. Je me suis bien amusée mais c’était un peu une BD romancée.]

Étant sociable et assez idéaliste sur la nature humaine, je me retrouve souvent en porte-à-faux avec la réalité souvent décevante et, au final, ça me rend caustique et anticonformiste. Ainsi, dans mes livres, j’aime bien dénoncer les gens trop conventionnels, dominateurs ou matérialistes. En revanche j’épargne les  personnes gentilles et pourvues de bon sens, pas forcément belles ni surdouées, car pour moi, ce sont elles qui font progresser l’humanité. Évidemment, pour ne pas tomber dans la guimauve, je compense par l’humour et par le surréalisme de certaines situations.

 

·        Influences et objectifs

Je m’inscris dans la tradition des Gaston Leroux avec son Rouletabille (dans « le mystère de la chambre jaune » ou « le parfum de la dame en noir », surréalistes et même parfois burlesques) des Agatha Christie avec son Hercule Poirot,  des Léo Malet avec son Nestor Burma, voire des Maurice Leblanc avec son Arsène lupin, y compris Tintin d’Hergé, à des degrés divers, tous auteurs de séries et créateurs de personnages qui occultent leurs créateur ! Sans oublier le grand Molière. Et Boccace, qui montre une humanité tellement drôle et vraie dans le « Décaméron ». D’ailleurs, dans le dernier Polycarpe, j’inclus trois contes de mon invention qui sont écrit un peu « à la manière » de Boccace. Les noms de mes personnages, dans mes livres, sont un discret hommage à ces maîtres.

Comme chez ces auteurs, je ne me complais pas dans les scènes de crime, le meurtre n’est pas une fin en soi mais l’élément déclencheur d’une petite saga, d’un ballet de personnages pittoresques. L’enquête, plus ou moins aléatoire, est un prétexte à mettre en évidence des relations humaines. Franchement, si je peux faire passer une petite pépite d’humanité dans mes histoires, distraire et amuser les lecteurs, j’aurais réussi mon pari d’auteur.

Tous les auteurs cités se considéraient comme des écrivains mineurs, destinés à l’oubli, or ils font, au contraire, partie de notre culture, de notre inconscient collectif. Ce qui prouve que montrer l’humain  au travers d’un comique des situations, d’une apparente « légèreté de l’âme » touche plus que les tragédies et les états d’âmes narcissiques. (Molière a largement supplanté Corneille et, par exemple, à mon humble avis, je ne crois pas que les coucheries de Mmes Angot, Millet ou Castillon, apportent beaucoup à l’humanité et franchiront la postérité)

 

Mes Polycarpe ne sont pas des polars. Ce sont les éditeurs et les libraires qui classent sous l’appellation « polar » tous les récits avec meurtre. À ce compte-là, « Le rouge et le noir » de Stendhal ou « L’étranger » de Camus sont des polars ! Cette classification a des raisons diverses qui seraient fastidieuses à énumérer mais pour faire simple, on a voulu complaire au public qui lit peu et le pousser à acheter des livres aux relents de faits divers.

Le mot « polar » est péjoratif, qu’on le veuille ou non. Qu’on ne se méprenne pas, je ne critique absolument pas ni les gens qui lisent ces livres ni les auteurs de ces livres que j’écris moi-même (cf. mon Poulpe) et que je lis d’ailleurs volontiers, je conteste seulement les amalgames de genres qui dénient le travail littéraire.

Sans en avoir l’air, dans mes Polycarpe, j’explore certaines techniques d’écriture parfois complexes. Je vous donne un scoop : les Polycarpe sont construits sur 2 niveaux de lecture ! On peut lire les Polycarpe comme des petites chroniques rurales légères ou comme des romans de vraie littérature.

Je fais beaucoup d’efforts pour écrire simplement car je veux être un auteur populaire. Et je suis heureuse de constater que c’est le cas, mes lecteurs n’appartiennent pas à « l’intelligentsia », caste qui me sort par les yeux.

Par ailleurs, même si je fais souvent remarquer que le décor de mes Polycarpe s’inspire de Crissay sur Manse, en Touraine, je récuse l’étiquette d’auteur « régionaliste », très à la mode en ce moment, qui fait l’éloge de son petit trou de campagne ou de son quartier urbain, à l’heure de l’Europe et de la mondialisation. Rangerait-on aujourd’hui Balzac sur le rayonnage « régionaliste » parce qu’il situe « Les illusions perdues » à Angoulême ? C’est un peu ce qui se passe actuellement.

 

·         Le métier d’écrivain

      Écrire un livre, c’est un travail qui demande une discipline et une disponibilité d’esprit. Pour concilier l’écriture avec la vie de famille, j’écris aux heures dites « de bureau ». Au plus fort de la création, une fois que je suis vraiment plongée dans mon univers fictif, je ne sais plus quel jour on est, si on est en été ou en hiver, car je suis transportée dans un monde virtuel. Je mets en moyenne un an à écrire un livre (avec les variations dues aux aléas de l’existence). Ainsi un roman qui se passe sur trois ou quatre semaines en été, vous l’écrivez alors qu’il gèle dehors… Il faut donc vraiment se projeter dans une autre dimension pour éprouver les sensations physiques de ses personnages.

C’est un métier qui ne fait vivre qu’1 pour 1000 auteurs. Les écrivains sont obligés d’avoir un job à côté, comme Le Clézio, le prix Nobel. Ou alors, ils sont issus de familles riches et aisées (comme Beigbeder, Dujardin ou même Amélie Nothomb, par exemple).

 

·         Le regard des autres

     Plus une personne est instruite, plus elle est consciente et respectueuse du travail d’écrivain. La majorité des gens s’imaginent qu’un livre est en quelque sorte prémâché et qu’il suffit de transcrire un texte qu’on aurait préalablement en tête par la grâce du Saint-Esprit… Pour beaucoup, écrire n’est pas un travail, mais un passe-temps de je-m’en-foutiste qui vous laisse entièrement disponible.

 

·         Pourquoi avoir fondé ma maison d’édition « Tutti Quanti » ?

Je fais court, en trois phrases :

J’ai été publiée à La Baleine-Le Seuil, pour mon POULPE. J’ai signé le contrat classique habituel qui me retire, à moi et mes ayants droit, la propriété littéraire de mon œuvre pendant un siècle, je ne suis pas libre de vendre ce livre ou d’en publier un extrait. Rémunération : 2% !

Mes deux premiers Polycarpe ont été publiés par les Éditions Odin. Même contrat abusif me retirant la propriété littéraire avec cette fois 5% de droits d’auteur et l’obligation d’être présente à tous les salons, dédicaces, rencontres, etc.  L’éditeur m’avait dit qu’il attendait quatre ou cinq Polycarpe pour négocier mon contrat avec un plus grand éditeur mais à son seul profit ! Je n’aurais rien gagné et je n’avais rien à dire.

Enfin, le turn-over des publications à l’heure actuelle privilégie les « coups éditoriaux » qui doivent se vendre très vite en grand nombre, au détriment des autres publications, quelles que soient leur qualité littéraire, qui disparaissent des rayons à court terme.

Le pot de terre contre le pot de fer…

J’ai donc rompu mon contrat d’édition et j’ai relevé mes manches. Mais pour ne pas me ruiner, je dois tout faire. Après l’écriture, je relis, corrige, mets les textes en forme, je dessine et compose mes couvertures, j’apporte à mon imprimeur une clé USB qu’il n’a plus qu’à insérer dans sa machine numérique. Je fais ma promo dans les médias, je visite les librairies et les maisons de presse, je vais sur les salons de la région Centre et même au-delà, je fais la comptabilité, établis mes factures, tiens le compte des dépôts de livres, relance les commerçants – qui ne payent que contraints et forcés. Pour être visible, j’ai créé un site Internet moi-même, et j’ai dû me familiariser avec divers logiciels.

A très bientôt...

16:25 Écrit par Claudine dans Livre | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer | |

16 mars 2008

C'était il y a un mois...

865636840.jpg

23:51 Écrit par Claudine dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : on s'en fout |  Facebook | |  Imprimer | |

04 mars 2008

Atelier d'écriture : 1000 signes pour 1 mot

Le mot "Ballet"

 

               1193748952.jpg       Vous êtes en lévitation au dessus de l’orchestre, les mains crispées sur le velours rouge du balcon. Dans le décor pastoral, de graciles jeunes filles en tutus blancs et collants roses volètent comme des papillons, gambadent comme des faons, piquètent le plancher de leurs pointes de satin tandis que leurs bras les font planer.
      
Effarouchées par l’irruption d’un jeune faune bondissant, elles s’écartent en une inflorescence, happées par un invisible lasso qui les désarticule. Les bustes tendus s’arquent pour fendre l’air. Les bras souples et les doigts effilés ondoient comme des queues de comètes. Elles glissent en apesanteur vers un nuage du décor où elles se blottissent, tourterelles apeurées et frémissantes.
       
Surgit alors l’Étoile, nimbée de lumière, poupée grêle nichée dans une vapeur de tulle, elle encercle le faune d’entrechats qui l’étourdissent. Un essaim d'anges soulève le faune endormi - bras et jambes faseillent avec frénésie - et l’emporte, évanoui, dans la brume de votre mémoire.

18:43 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : écriture |  Facebook | |  Imprimer | |

20 février 2008

Désolée, ça casse l'ambiance... saga d'une bayboumeuse, adolescence (suite)

eb6d8d5e1df9e4a10f9dcd99ef8aaf0f.jpg

20:40 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : bd, société, psy, tout et rien... |  Facebook | |  Imprimer | |

15 février 2008

mes dernières vacances, suite...

815ffcdb783dc0ca30febc2b07c22783.jpg

Détail : ma petite-fille Nina sur sa ponette.

52eb188b99eb81613fa943f174b448c8.jpg

17:55 Écrit par Claudine dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : bd, famille, société, psychologie |  Facebook | |  Imprimer | |

14 février 2008

Mes dernières vacances...

7d0532200343e2ab9c003aa2839974ac.jpg

19:20 Écrit par Claudine dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : bd, littérature, société, psychologie |  Facebook | |  Imprimer | |

10 février 2008

saga d'une babyboumeuse (adolescence)

9504bde376f7d92e99f1083a7a7433da.jpg

19:56 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : BD, littérature, société, psychologie |  Facebook | |  Imprimer | |

29 janvier 2008

saga d'une babyboumeuse - enfance

c230285058dacbb8eb6b93ee0f6b69f7.jpg

détail

ed771fa9589a247b4de5db818151a255.jpg

10:30 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : BD, littérature, psy, société |  Facebook | |  Imprimer | |

16 janvier 2008

saga d'une babyboumeuse (adolescence)

ae9bf5902ed89f2c2bf5b5844cc9ba61.jpg

18:40 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : BD, dessins, littérature, société, psychologie |  Facebook | |  Imprimer | |

02 janvier 2008

Saga d'une babyboumeuse - enfance (reprise)

Mes années pieuses...

b4b4543c1934b40336887a3ebe4a10de.jpg

Le mois de Marie, les fleurs, l’émerveillement et puis…

53389726323c2cb8884117ec7903a191.jpg

Badaboum, la triste réalité… La fin d’un conte !

10:55 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : société, dessins, BD, art, littérature |  Facebook | |  Imprimer | |

22 décembre 2007

Après l'oie farcie, les huitres, les gâteaux... On se retrouvera en 2008 !

c21cd4fefc32aad1c914a02a2c17d0a9.jpg
De la part de Nina…

18:20 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : tous les tags |  Facebook | |  Imprimer | |

11 décembre 2007

saga d'une babyboumeuse - enfance (suite)

2a8194380c277a0ef1091a93a567492c.jpg70a4ae34ea36d651a78458e74d044a62.jpg

4449637f32e4abca6f32c590a6b00150.jpgb4c0ae3a1661abb519aded69b1c1f2a6.jpgf0d202b9d7e79cf19fd49bf28e8ab228.jpg

 

 

 

 

J'espère que vous compatirez,
mais j'en doute, bande d'ingrats ;-)) !

18:55 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook | |  Imprimer | |

06 décembre 2007

Saga d'une babyboumeuse - enfance (suite)

...Le père noël va revenir...
28b125ec4c88b8ca9ff729f0124fc90c.jpg

23:22 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : BD, dessins, société, psychologie... |  Facebook | |  Imprimer | |

28 novembre 2007

Saga d'une babyboumeuse - enfance (suite)

7bd379a1c3d809cee33c3828bf16a67e.jpg
ZEN...

20:04 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer | |

Enfance --> reprise...

de66683c6c0d5204420f0cdde9caa05f.jpg

13:48 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : BD, dessins, littérature, société, psy |  Facebook | |  Imprimer | |

26 novembre 2007

Interruption du passé pour zoom dans l'actu : hier au salon du Livre de Chateauroux !

J’exagère  pas  à peine

 

9686cdb2fcbbceb228bd7d82d2e1cfe0.jpg

18:05 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tous les tags |  Facebook | |  Imprimer | |

22 novembre 2007

Programme du Café Littéraire de LANGEAIS (I&L)

   aee9004f4faa876632e8d20d372a741d.jpg
« Le roman criminel » est le thème de la prochaine causerie au café littéraire de Langeais, ouvert à tous, le samedi 26 janvier 2008, à partir de 16 h 30 au Salon de thé du Château. La romancière Claudine Chollet, auteur de romans policiers, propose de répondre, non sans un brin d’humour, à la question suivante : peut-on revendiquer une AOC « romans criminels » dans le vaste champ des littératures ?
  
Dans cet exposé, elle présentera un panorama de la littérature criminelle depuis le premier opus du genre, paru en 1841 sous la plume d’Edgar Poe, jusqu’à nos jours.
  
Elle mettra en évidence l’influence du contexte politique et économique, tout au long du 20ème siècle, sur le genre policier qui se subdivise en trois sous-genres : le roman d’enquête, le polar et le thriller. Entre des héros aussi différents que James Bond ou Maigret, entre Hercule Poirot et les psychopathes de Patricia Cornwell, le point commun est certainement une certaine convention d’écriture qui a des règles strictes.
  
Longtemps considéré comme une sous-littérature, le roman dit « de gare » a trouvé aujourd’hui ses lecteurs, ses salons et ses collectionneurs. Pas moins de 25 sites internet lui sont consacrés.
  
Claudine Chollet terminera cette intervention en racontant son expérience d’auteur et en situant son œuvre dans l’évolution actuelle. Elle dédicacera des trois premiers tomes de la série « Polycarpe Houle » présentée en détail sur le site éditorial : www.editionstuttiquanti.com.

14:20 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : littérature, polar, société, psychologie |  Facebook | |  Imprimer | |

19 novembre 2007

Saga d'une bayboumeuse - enfance (suite)

ed85920f25a1443a076b600d98c50373.jpg

20:13 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tous les tags |  Facebook | |  Imprimer | |

17 novembre 2007

saga d'une babyboumeuse - enfance (suite)

Revenons aux verts paradis de l’enfance

(au moins les quatre premières années...)

d1819f022aec1d063e827912f04366fc.jpg

10:17 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tous les tags |  Facebook | |  Imprimer | |

16 novembre 2007

Saga d'une babyboumeuse - enfance (suite)

Blouse grises, encre violette, cartes de géographie, rideaux noirs et le poële...
(Un poulailler dans la cour... un jardin... c'était pédagogique !)
 2831335d3edc7da36e97f7069f580d06.jpg

18:40 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer | |

15 novembre 2007

saga d'une babyboumeuse (suite)

e0a99ed698a1f0911a388fef1c675f32.jpg

 

 

 

10:15 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tous les tags |  Facebook | |  Imprimer | |

12 novembre 2007

Saga d'une babyboumeuse (suite)

 

f6da9b27c6bad5e7701b57fb829f46bc.jpg

19:05 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tous les tags |  Facebook | |  Imprimer | |

06 novembre 2007

saga d'une babyboumeuse (suite)

0bf0c8aa60c7e17c24ba8e330c851879.jpg
1950.
Ce qui existait à cette époque dans mon village et qui n'existe plus :
·        Il y avait plein de gens dans les rues qui s'arrêtaient pour discuter et qui parlaient très fort, on les entendait de l'autre bout du village
·        Et aussi des vieux assis sur des chaises devant les maisons qui parlaient en patois
·        Des artisans et des commerçants : une mercerie, un sabotier, quatre cafés, une auberge, le fournil, une épicerie-quincaillerie, un maréchal-ferrant, etc.
·        Presque pas de voiture mais le bruit des charrettes et des troupeaux de vaches ou de moutons qui passaient matin et soir
·        Un abattoir et les enfants regardaient le boucher tuer les bêtes
·        L'alambic de mon grand-père
·        Des lavandières qui battaient le linge à la rivière…

 

12:40 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : tous les tags |  Facebook | |  Imprimer | |

01 novembre 2007

saga de la babyboumeuse (suite)

6d20708d8c9565077381c865889d4609.jpg

20:45 Écrit par Claudine | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : tous les tags |  Facebook | |  Imprimer | |